Aimer-la-littérature

Bienvenue sur mon blog

  • Accueil
  • > Classicisme
  • > La Fontaine, « Fables », I, 11, 1668 : lecture analytique, « L’homme et son image » – Corpus : « Comment masquer pour démasquer ? »
11
déc 2009
La Fontaine, « Fables », I, 11, 1668 : lecture analytique, « L’homme et son image » – Corpus : « Comment masquer pour démasquer ? »
Posté dans Classicisme, Poésie par cotentinghislaine à 5:37 | Commentaires fermés

« L’homme et son image »

Dans le premier livre des Fables, paru en 1668, les premières mettent en scène des animaux, selon la tradition de la fable depuis le modèle grec, Esope. Mais la fable 11, au centre du livre, marque l’introduction de l’homme. Elle est dédicacée au duc de La Rochefoucauld, moraliste dont les Maximes avaient été publiées en 1665 et 1668.

Elle se présente à la fois comme une énigme, jeu très à la mode dans les salons mondains, sorte de devinette à partir d’une description, et comme un apologue, court récit dont la fiction, fondée sur une analogie, conduit à une morale.

Comment La Fontaine dépeint-il l’homme, et dans quel but ?

DE L’ILLUSION À LA VÉRITÉ La Fontaine, La fable de La Fontaine et le mythe d’Ovide

Narcisse et Echo, par J.W. Waterhouse En partisan des « Anciens », La Fontaine s’inspire du mythe de Narcisse, hérité des Métamorphoses d’Ovide (Livre III). Mais dans le mythe toutes les nymphes, notamment Echo, le trouvent beau, et lui-même, en se mirant dans la rivière, tombe amoureux de sa propre image. Il rejette alors tout autre amour, forme d’ »hybris » condamnable dans l’antiquité qui le conduit à être puni par Némésis, la déesse vengeresse. Dans l’antiquité, Narcisse est donc l’amant qui recherche dans l’être aimé son double, et qui est victime de cet amour illusoire, inacessible.

L'homme et son image, illustration de Doré La Fontaine, par la façon de qualifier son héros, « notre Narcisse », signale immédiatement qu’il s’est approprié le héros mythique. Le possessif peut ainsi se comprendre comme l’affirmation de son droit de le modifier (ce serait alors un « nous » de modestie de la part de l’écrivain), mais aussi comme le désir de créer une connivence avec un lecteur qui, au XVII° siècle, est assez cultivé pour connaître le mythe originel.

L’interrogation oratoire du vers 11 attire l’attention du lecteur sur la réponse (« Il va se confiner / Aux lieux les plus lointains qu’il peut s’imaginer ») qui marque l’inversion du mythe : « l’homme » de La Fontaine est laid, et il fuit les « miroirs » au lieu de s’y contempler. Les rimes croisées dans les quatre premiers vers, qui posent la situation intiale, soulignent cette différence tout en montrant l’illusion du personnage : il « s’aimait sans avoir de rivaux », mais cela est « faux », il se croit « le plus beau du monde », avec le superlatif hyperbolique, mais cela est une « erreur profonde ». 

La Fontaine emprunte aussi au mythe le thème du miroir, mais là encore en le transformant. Il le relie à la conception propre au mouvement littéraire du baroque, qui s’est servi du « miroir », avec sa multitude de reflets, pour signifier l’incertitude de l’homme face à lui-même et au monde.  Or ils se multiplient dans le texte, surabondance qui, elle aussi, rappelle le goût du baroque pour l’excès. On notera la périphrase, héritée de la Préciosité, qui les désigne au vers 7, mise en valeur par l’enjambement et la formule qui introduit leur quantité « lui présentait partout »), puis l’énumération en gradation des vers 8 à 10, avec l’anaphore et le rythme accéléré par le passage de l’alexandrin à l’octosyllabe. Le vers 25 rappelle cette multiplicité : « tant de miroirs ». Le « miroir » prouve l’erreur de l’homme, et c’est bien pour cela que le héros de la fable ne les supporte pas. Même l’ultime « miroir », l’eau « pure », est jugé trompeur, d’où sa colère : « et ses yeux irrités / Pensent apercevoir une chimère vaine ».  

Mais La Fontaine, à nouveau, déforme cet héritage du baroque, puisque, dans sa fable, les « miroirs », malgré leur multiplicité, disent tous au personnage une seule et unique vérité, sa laideur, vérité refusée car inacceptable : « Il fait tout ce qu’il peut pour éviter cette eau ». Mais l’exclamation « Mais quoi !  » révèle la puissance du dernier miroir, « le canal », « la source pure » de vérité impossible à fuir, dans laquelle l’homme sera obligé de se regarder.

=== Ce dernier « miroir », eau fuyante et changeante, est à l’image de l’homme lui-même, changeant au fil des années tout en gardant la même nature, ici sa laideur.

LA FABLE ET SON RÔLE

Portrait de La Fontaine par Hyacinthe Rigaud Derrière le récit plaisant se cache, bien sûr, le fabuliste, mais il intervient directement avec le « je » amplifié par la gradation métrique des vers 21 à 23 et le glissement des pronoms. Dans le vers 21 s’effectue le passage du lecteur à l’auteur : « On voit bien où je veux venir ». Puis le vers 22 marque un élargissement en chiasme, « Je parle à tous », au centre duquel le « je » s’affirme. Enfin le vers 23, avec l’enjambement, pose la clé de la fable, « et cette erreur extrême / Est un mal que chacun se plaît d’entretenir ». Le pronom « chacun » à la fois généralise et associe l’auteur et ses lecteurs.

A la fin de la fable, l’énigme se trouve donc élucidée, avec une reprise de chacun de ces éléments, grâce au présentatif (« c’est », « ce sont »). Mais on observe une inversion significative. Au vers 24, c’est l’explication qui est mise en valeur, en tête du vers : « Notre âme, c’est cet homme amoureux de lui-même ». En revanche, au vers 25, l’ordre est inversé, La Fontaine commence par le récit : « Tant de miroirs, ce sont les sottises d’autrui ». Ainsi est placé au centre le « corps » de la fable, l’anecdote plaisante, tandis que sa signification plus profonde l’encadre, pour être précisée au vers 26 : « Miroirs, de nos défauts les peintres légitimes ». Par l’observation des « sottises », des défauts « d’autrui », le lecteur pourra donc prendre conscience de ses propres défautsLe personnage de la fable nous tend en quelque sorte un miroir dans lequel La Fontaine nous invite à nous reconnaître.

L'homme et son image, par J.J Grandville Mais il reste un dernier élément à expliciter, qui occupe les deux derniers vers de la fable, traditionnellement réservés à la « morale ». Ici, La Fontaine se fait insistant : « Et quant au canal, c’est celui / Que chacun sait, le livre des Maximes ». La fable se ferme donc sur un éloge au dédicataire, La Rochefoucauld. Mais plus généralement, ne s’agit-il pas d’un éloge adressé à toute oeuvre montrant aux hommes leur vérité? 

Cela nous conduit alors à nous interroger sur le sens de cette fable, en fait double, selon a façon dont on interprète la possessif du titre. « Son image » peut, en effet, signifier l’image qe l’homme se fait de lui-même, et la fable a montré qu’elle n’était qu’une illusion, et même une maladie d’après le champ lexical choisi : « afin de la guérir » (vers 5), « un mal que chacun se plaît d’entretenir » (vers 23). Cette maladie est d’autant plus grave qu’elle est cultivée, aimée, donc s’est enracinée profondément : c’est l’amour de soi, ou amour-propre que le fabuliste, à la suite de La Rochefoucauld qui n’a cessé de le dénoncer, considère comme l’essence même de la nature humaine dans cette fable qui introduit « l’homme » dans le recueil. La Rochefoucauld disait « Il rend les hommes idolâtres d’eux-mêmes », La Fontaine se contente d’ »amoureux de lui-même », mais le reproche est identique.

Mais le titre peut aussi signifier « l’image donnée de lui », et dans ce cas il se rapporte à la fable qui suit, écrite, elle, par La Fontaine : le « Je parle » est bien le fabuliste qui se compare ainsi à La Rochefoucauld. Il s’agit donc, dans les deux derniers vers, d’une invitation à ne pas nous tromper sur le rôle de ses fables : elles aussi sont des « miroirs » et le recueil est bien un « canal » dans lequel nous devons nous contempler dans notre vérité. A sa façon La Fontaine a composé des « maximes », à cette différence qu’il ne se contente pas de les poser de façon théorique mais les illustre par l’anecdote mise en scène.

=== Il nous reste alors à combiner les fables entre elles, à déceler, à travers la multiplicité des reflets qu’elles nous offrent la vérité unique de la nature humaine.

CONCLUSION

Ce texte montre un des intérêts de la fable : elle masque, sous des animaux, des végétaux ou, comme ici, un personnage fictif, pour, en fait, mieux démasquer la vérité de l’homme. Elle constitue une stratégie détournée pour permettre au lecteur de mieux se connaître en lui arrachant son « masque » sans, pour autant, le heurter de front par une critique brutale. Il s’agit bien de « plaire » pour « instruire ».

De plus elle nous rappelle la place occupée par La Fontaine dans son époque. Partisan des « Anciens » dans la « Querelle des Anciens et des Modernes », La Fontaine déclarait cependant : « Mon imitation n’est point un esclavage ». Cette fable nous le prouve doublement, d’une part parce que son thème est directement inspiré par un contemporain, La Rochefoucauld. D’autre part le mythe qui sert de base au personnage créé, celui de Narcisse, se trouve inversé pour être mis au service de la morale que le fabuliste veut transmettre.


Fil RSS 2.0. Réponses et trackbacks sont desactivés.

Réponses desactivées.

lire puis écrire |
Pour l'amour de la langue e... |
Laisse moi mettre des poème... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Le Dragon de la Rivière
| Tisseurs de Mondes
| agnes2nantes